Même si les causes du syndrome de la fatigue chronique restent encore plus ou moins mystérieuses, certaines pistes ont tout de même permis aux chercheurs d’avoir quelques idées sur le sujet. Entre autres, la maladie peut être le résultat d’une anomalie au niveau du système nerveux.

Quelques recherches médicales ont permis de déterminer qu’à cause du mauvais fonctionnement de son système nerveux, une personne peut développer le syndrome de fatigue chronique (SFC) qui est aussi appelé encéphalomyélite myalgique. Suite à ce dysfonctionnement, le malade peut faire part d’un signe de fatigue, devenir victime du trouble de mémoire ou de manques d’attention. Lorsqu’une personne est atteinte de SFC, son flux sanguin au niveau du cerveau tend à diminuer. Ce symptôme est vérifiable via l’IRM ou imagerie par résonnance magnétique. Des études tendent à faire penser que le SFC peut être d’origine infectieuse. Le virus de l’hépatite, de l’herpès, ou encore l’entérovirus font parties des agents responsables de l’apparition de la fatigue chronique. Lorsque ces virus atteignent l’organisme, le système nerveux active de façon permanente le système immunitaire. Malheureusement, cela peut provoquer rapidement le SFC. Pour en savoir davantage sur le sujet, en 2001, les chercheurs d’origines australiennes ont effectué une recherche sur la relation qui pourrait y avoir entre le SFC et le taux de cortisol chez l’homme. Résultat : ces scientifiques ont remarqué que les personnes atteintes du syndrome présentent un niveau de cortisol extrêmement bas. En suivant le cas de 32 personnes qui sont victimes de SFC, il a été conclu que tous ces individus sont des porteurs de mutation génétique. Cette dernière pourrait avoir un impact négatif sur la production de la protéine responsable du transport du cortisol dans le sang. Sinon, il est aussi fort probable que le dysfonctionnement de la sérotonine fasse partie des molécules responsables de ce syndrome. Une sorte de messager du cerveau, ce dernier est l’un des neurotransmetteurs responsables de la dépression lorsqu’elle ne fonctionne pas normalement. Quelques études mettent aussi en évidence l’idée que le manque d’activité physique peut être l’une des causes de l’encéphalomyélite myalgique. Même si les personnes victimes de SFC ont du mal à réussir dans le sport, la pratique d’activités physiques fait tout de même partie des choses à faire dans le cadre du traitement de la fatigue chronique. Ainsi, les chercheurs se demandent donc si le sport est réellement une cause ou plutôt un traitement de la fatigue chronique.